Accueil

Réseau régional One Health de l'Océan Indien

Enjeux et contexte

Les maladies émergentes ont pris une place importante dans le domaine de la santé animale et de la santé publique. La plupart des grands défis infectieux de ces dernières années ont une particularité notable : la place centrale jouée par l’animal dans le cycle de transmission du pathogène. La question de la détection précoce et de la surveillance de signes pertinents d’alerte au sein de ces cycles est désormais considérée comme un enjeu majeur. Certaines infections spécifiques, les zoonoses, concernent l’homme et l’animal et ont un impact direct sur la santé humaine. D’autres pathologies systémiques concernent exclusivement les troupeaux d’animaux de rente altérant à des degrés divers les fonctions de production de systèmes agricoles insulaires complexes ou de systèmes d’activité des ménages. Leur impact est alors essentiellement social (emplois, aménagement du territoire..) et économique (revenus..), mais peut aussi être environnemental.

La dernière décennie a été ponctuée de plusieurs crises sanitaires qui ont montré les interactions épidémiologiques entre populations animales et humaines de l’Océan Indien : la Fièvre de la Vallée du Rift a eu un effet sévère sur la santé animale et humaine mais aussi sur l’économie à Madagascar, aux Comores ou encore à Mayotte ; et le virus H1N1 pandémique est passé de l’homme au porc, infectant de manière pérenne près de 50% des élevages réunionnais. Face à ces dangers, l’insularité des pays de l’Océan indien est d’abord un avantage car leur isolement territorial les préserve théoriquement de nombreuses maladies continentales originaires en particulier de l’Afrique de l’Est ou australe. Cependant, l’insularité peut être aussi interprétée comme une source de vulnérabilité car une fois un agent introduit il peut alors diffuser rapidement dans les territoires de petite dimension de certaines îles.

Les enjeux liés à ces maladies émergentes sont considérables. D’abord, elles constituent un danger permanent pour la santé publique puisque 60% de ces maladies émergentes chez l’homme ont une origine animale. Ensuite, elles représentent une contrainte pour le développement endogène de l’élevage et la sécurisation des approvisionnements en protéines animales pour la zone Océan Indien. Or limiter la dépendance vis-à-vis de l’extérieur constitue un des enjeux prioritaires de cette zone. Pour les  pays  de la zone Océan Indien, les choix stratégiques en matière de prévention et de lutte contre les maladies transmissibles animales et humaines ont d’autant plus de chance d’aboutir à des résultats durables et efficaces qu’ils s’insèrent dans une stratégie régionale et prennent en considération les  interactions entre îles et avec d’autres zones géographiques concernées. Dans ce contexte, il paraissait judicieux de rapprocher les acteurs de la santé animale et humaine pour unir leurs efforts dans le cadre d’un objectif commun.

Objectif général et objets de recherche

Améliorer le contrôle des maladies infectieuses animales et humaines dans l’Océan Indien par une approche régionale, intégrée, interdisciplinaire et intersectorielle (One Health), via une interface pérenne entre recherche et surveillance :

  • Maladies zoonotiques: fièvre de la vallée du Rift, fièvre de West Nile, cysticercose, rage, maladies transmises par les rongeurs, zoonoses alimentaires
  • Maladies à impact économique majeur: peste porcine africaine, maladie de Newcastle, orbiviroses (maladie de la langue bleue et epizzotic hemorrhagic disease), maladies transmises par les tiques
  • Résistance aux antibiotiques.

Objectifs scientifiques

  1. Connaître et surveiller les maladies infectieuses zoonotiques ou potentiellement graves économiquement qui circulent dans la zone ou qui peuvent être introduites ainsi que le niveau de résistance aux antibiotiques des bactéries pathogènes pour l’homme et l’animal
  2. Identifier les risques majeurs d’introduction, d’émergence/ré-emergence, de diffusion et de persistance de ces maladies  dans notre zone  (diversité des pathogènes et des vecteurs, distribution spatiale et temporelle, structuration des populations…)
  3. Développer des outils de contrôle: diagnostic, stratégies de contrôle

Objectifs méthodologiques

  1. Consolider l’approche régionale de la surveillance et du contrôle des maladies animales et humaines
  2. Mettre en œuvre une approche intégrée, interdisciplinaire et intersectorielle de surveillance et d’investigation des maladies communes à l’homme et l’animal
  3. Améliorer les compétences et capacités régionales de surveillance et de contrôle des maladies.

Membres du DP

Le DP One Health OI est co-construit avec les partenaires de recherche, les universités, les services vétérinaires, les services de santé humaine et les organisations régionales et internationales sur un projet scientifique bien défini conjointement lors des comités de pilotage des réseaux ou des réunions de programmation scientifiques et techniques et en tenant compte des priorités stratégiques des pays concernés.

Ce DP traite de l’axe stratégique 4 du CIRAD et des priorités scientifiques des partenaires du CIRAD établies lors de la construction de projets et au sein des comités de pilotage des réseaux.

Ce DP  s’inscrit dans la durée, il est fondé sur des réseaux et non des projets, qui sont cofinancés et co-animés.

Le DP mobilise sur le terrain et dans la durée un nombre significatif de chercheurs et moyens du CIRAD et de ses partenaires et favorise les collaborations avec les partenaires de la recherche française, européenne, étrangère et internationale (ANSES, IP Paris, LSTHM Londres, Université de Warwick…) ainsi que les laboratoires de références mondiaux.

Les activités s’appuieront sur :

un partenariat fort impliquant:

  • Le CIRAD
    • UMR CMAEE  : Eric Cardinale, Catherine Cetre-Sossah, Hélène Guis, Claire Garros, Thierry Lefrançois + 2 VSC + 1 technicien (Johny Hoarau) + 2 doctorants + 1 post doc
    • UPR AGIRs  : Sophie Molia, Annelise Tran, Alexandre Caron
    • UMR Selmet  : Vincent Porphyre
  • Les Services vétérinaires de La Réunion, Madagascar, Maurice, Mayotte, l’Union des Comores, Seychelles
  • Les Directions générales de la santé de La Réunion, Madagascar, Maurice, Mayotte, l’Union des Comores, Seychelles
  • La Commission de l’Océan Indien (Unité de veille sanitaire)
  • des Organismes de recherche et entreprises privées de La Réunion : CRVOI  et UMR PIMIT (10 personnes, Université de la Réunion (4 personnes), CHU  (4 personnes axées sur la microbiologie), Laboratoire Vétérinaire Départemental (2 personnes sur les analyses biologiques), GDS974 (5 personnes), Entreprises privées du secteur de la production animale : Crête d’Or (3 personnes), Avipôle (2 personnes), CPPR (2 personnes)
  • des structures de santé : Agence Régionale de la Santé (5 personnes), Cellule d’investigation régionale des épidémies (5 personnes)
  • des Organismes de recherche de Madagascar : Institut Pasteur de Madagascar (5 personnes), FOFIFA (5), Université des sciences et de Médecine d’Antananarivo (2), Fondation Mérieux (2)
  • un Organisme de recherche des Comores : INRAPE (3)

Produits attendus :

  • Renforcer la surveillance et le contrôle des maladies animales et humaines dans l’Océan Indien
  • Minimiser l’impact économique des maladies animales dans la zone de l’Océan Indien

Le DP s’engage dans une production scientifique issue des études et projets du réseau (méthodologie des réseaux, analyses de facteurs de risque, études de diversités de pathogènes…). Cette production est réalisée en collaboration avec les partenaires nationaux du réseau en recherche ou en surveillance (services de santé animale). Dans les 5 dernières années, le réseau préexistant a produit directement 27 publications internationales, et 25 communications orales.

Le DP vise à un rayonnement régional et international, il est reconnu par la COI.

Cookies de suivi acceptés